CONFINEMENT EXQUIS

                       cadavre romanesque

CHAPITRE 28

19 avril 2020, Leslie Sicouri

- Regarde Papa un chien !

- Dépêche-toi on ne sait pas s’il est enragé

- Le pauvre il a pas de maître !

Pas de maitre, l’enfant capitaliste avait parlé. Depuis qu’il était sorti de la caverne il n’avait plus de laisse, plus de maitresse.

Pas de maitre, l’estomac dans les talons, c’était vertigineux.

Il était tout libre, tout frétillant de l’absence totale d’injonction. Un pet-dog en pleine conscience. Queue qui bouge, queue qui bouge, queue qui bouge, gargouillis de ventre, léchage de babine, l’air du dehors, l’ère de l’émancipé allait finir.

Il avait humé Juliana depuis la grille noire, il lança un hurlement de coyote, auquel elle répondit:

- Aou.

Elle était devenue chèvre entre ces murs, la phobie du grand web, une capacité de concentration de poisson rouge, la course après son carré de soleil.

À Juliana de se mettre à 4 pattes, des jours qu’elle faisait le beau, des heures à se gratter l’oreille avec la jambe. Servile de cette affection qui lui manquait. Belle souplesse.

Imbrication des rêves, chien tête en bas elle avait perdu le nord.

Fenêtre plein sud, immobile elle se laissait dorer, rôtir, les hanches bien ancrées, le bassin stable, les muscles atrophiés, les sens en berne, elle avait la couleur de sa posture : le cou blanc.

Cinq semaines à faire un tour du monde et du temps cérébral.

Peu de mouvement, tout est relatif et celui de la terre, la course du soleil, celle de la lune, qu’eux qui bougent.

Mouvement de tête, son tronc penché, Max lui fit de l’ombre.

- Ôte-toi de mon soleil.

On s’accroche aux branches.

  • Facebook
  • Instagram

CONFINEMENT EXQUIS

confinement.exquis@gmail.com