CONFINEMENT EXQUIS

                       cadavre romanesque

CHAPITRE 19

9 avril 2020, Sarah Van Vooren

Elle était sur le point de confronter Didier, cet oncle malpoli, ou confronter Firmon, le vieillard aux potions, celui qu’elle pensait être son plus proche conseiller depuis son avènement, juste après Nadhir, depuis la seconde mise à nu. Firmon lui semblait soudain si précautionneux avec les flacons et les fioles fluorescentes ou même vides, qu’elle fut traversée par un nouveau doute: Il paraissait possible, après une décharge neuronale, qu’il ne maîtrisait pas l’art des fumets comme elle le pensait. Son savoir se révélait incomplet, il marchait toujours sur des oeufs, agissant comme une main « agissante » et cela était tout. Il lui avait lu quelques étiquettes, lui avait fait sentir le safran et la pierre brute, les marquait à l’encre. Au fond, Juliana se sentait violemment trompée, par la blouse blanche qu’elle s’imaginait jusqu’aux cheveux gris trop sages de cet esprit opaque.

Firmon était justement en train de lui arborer un large sourire. Juliana possédait un esprit critique qui s’entachait parfois d’idéalisme et de trop de confiance. En cela, elle était persuadée que sa mère avait voulu lui transmettre un message avec la bague, persuadée que Max était son guide, persuadée que Nadhir la désirait, jusqu’à avoir le potentiel de rêver dans le corps d’une princesse apprêtée d’une robe en soie. Juliana se sentit seule parmi les solitudes agissantes qui l’entouraient. En apercevant Nadhir en contrebas de l’autel, sans offrandes hormis peut-être quelques pauvres bougies, Juliana perçut son manque d’intégrité. Il pouvait changer de veste et de chemise, jusqu’à n’en porter plus aucune. Ses expressions d’un autre temps la réconfortait et lui rappelait avec vigueur sa mission urgente. Elle esquissa un sourire, plusieurs dans l’assemblée pensèrent en être le bénéficiaire. Juliana serait désormais l’unique détentrice du pouvoir de prémonition. La confrontation serait indirecte, fourbe mais assumée. Elle sentait qu’elle excellait dans l’inattendu. Etait-ce là une même décharge neuronale ou une mûre réflexion? Juliana su qu’elle ingurgiterait tous les élixirs avant de se rendre auprès du cube.

Depuis qu’elle avait perdu son aura auprès de la majorité, sans trop savoir comment ils pouvaient osciller d’une idéologie à une autre en un temps record, elle était persuadée que ce n’était plus la rationalité qui les sauverait mais un choc bien mené. Juliana allait passer en mode active-agressive. Au pire, il s’agirait d’un bon trip qui aurait forcément quelques bénéfices, peut-être que d’autres rêveries interminables permettraient d’éclaircir certains points (culminants).

Juliana pensa très fort à Adèle, le nom qu’elle avait lu sur la paroi de la grotte et se remémora, profitant des derniers bavardages de l’assemblée, le cheval rouge de l’enfant disparu, son père Ernesto, l’idéaliste ; mais aussi à quel point elle avait délaissé le code binaire et les algorithmes ces derniers temps. Elle leva la tête et chercha des yeux les quelques chiffres à même la paroi écaillée. Ils s’imposaient à peine. Juliana n’en pouvait plus de ces troglodytes et de leur mode de vie qui lui faisait perdre toute notion, excepté celle de communauté. Il était temps que le secret éclate et que la grotte se désintègre dans un grand fracas.

  • Facebook
  • Instagram

CONFINEMENT EXQUIS

confinement.exquis@gmail.com