CONFINEMENT EXQUIS

                       cadavre romanesque

CHAPITRE 32

 

21 avril 2020, Elie Petit

« Sésame ouvre-toi ! », elle tente.

Mais c’est sans effet. Elle court si vite qu’elle glisse et percute la grille en pleine face. Elle tombe en arrière. Étourdie, une question tournoie dans son esprit. Que lui a-t-on volé d’autre ?  Ce sont deux mots, deux mots d’une voix de monstre qui lui remettent l’éveil en place.
« Le Temps ! Le Temps ! »
Elle se retourne, encore à terre, se relève et distingue à une quinzaine de mètres d’elle les deux pieds bottés d’un géant. Ses yeux écarquillés déchiffrent une armure grise et dorée qui recouvre tout un corps, ailé. Autour de l’épée et du bouclier plantés dans le sol, il y a des humains qu’elle connaît et d’autres avec des sales gueules, inconnus. Ce sont sûrement eux, les coléoptères.
Et ce géant, il lui rappelle quelque chose. Mais oui ! C’est lui ! C’est Master Pendulum, le Dracossassin, de son prénom Luster. Ce n’était donc pas qu’une simple carte Yu-Gi-Oh ! ! Il existe vraiment ! Ses ailes ressemblent à celles d’un coléoptère, dont certaines variétés découvertes récemment ont été nommées scarabées drogoni, rhaegali et viserioni. Ce doit être ça, le lien.
- C’est Luster Pendulum, dit Enzo.
- Merci, je sais, j’ai un peu de culture ! répond cash Sarah, qui ne se démonte pas et défend sa Trading Card credibility.
- Il se nourrit des minutes des gens ! Toute cette histoire de pendule n’avait rien à voir avec le changement climatique ! Contrairement à ce qu’on a fait gober aux gens… dit Kevin.
- Ahh, ça je savais pas… regrette Sarah.
- Et nous on l’aide à devenir pape !! lance un des coléoptères.
- Euh, pour ça, vous pouvez rêver ! Un Dracossassin ne peut pas devenir pape, tempère Sarah.
Un des coléoptères lui enjoint avec moquerie de ne pas chercher midi à quatorze heures. Elle lui répond qu’ils devraient tous plutôt voir midi à leurs portes. Ce qui n’est pas la bonne expression mais Sarah n’est pas très douée en expressions idiomatiques. En général, on le sait, elle préfère dire, que c’est Zinzin, c’est plus pratique.
Midi à sa porte… Elle s’aperçoit, par association d’idées et suites de regards, que le choc qu’elle a reçu en pleine course en pleine figure a entrouvert la grille.
Sarah prend alors le contrepied de sa vie et exécute un calcul courageux : après l’hésitation, la prison, le confinement, elle est enfin, prétendument, libre. On lui a volé son temps. Il n’y a plus de raison de fuir, toutes de combattre. Il lui faut affronter la bête.
Véronique renchérit :

- Les forces de Master Pendulum doivent être maintenues jusqu’à que la fumée blanche n’apparaisse pour lui. Il lui faut continuer à manger des minutes. Tu fais partie du puzzle et tu es une pièce de trop. Tu es un risque pour sa survie. Il va devoir te tuer. En plus, ça lui donnera 24 heures de rab’ !
Sarah se dit que c’était donc une sacrée farce cette histoire de pendules connectées. Et que cela explique pourquoi malgré les mesures sévères prises, la question du climat n‘avait pas été totalement réglée.
Devant elle, le monstre s’approche. Elle fouille dans sa poche. Elle aurait bien invoqué la carte Gogiga Gagagigo qu’elle chérissait enfant. Rien que prononcer correctement son nom lui aurait fait gagner un peu de temps. Et si le monstre était vraiment apparu, un peu plus encore. Mais ses poches ne contiennent… que… que… que le bâtonnet !
Elle l’agrippe, le retire de sa poche, le lève droit au ciel. Les deux petites lignes bleues scintillent encore et aveuglent ceux qui la menacent. Elle comprend alors que son test de grossesse, le début de vie qu’elle porte en elle, lui donnera les minutes qui lui manquent avant l’arrivée des secours.
Le monstre s’arrête. Le temps se fige, presque. Sarah se déplace deux fois plus vite que son environnement.

  • Facebook
  • Instagram

CONFINEMENT EXQUIS

confinement.exquis@gmail.com