CONFINEMENT EXQUIS

                       cadavre romanesque

CHAPITRE 15

 

1er avril 2020, Henriette Roquette

Et en un coup de fil, la chaleur qui lui avait manqué ces dernières années la gagne à nouveau. Sa vie retrouve un sens. Enfin. Quel coup de fouet ! Sarah se remémore la dernière mission qui fut la sienne. Elle avait commencé par une montée d’adrénaline similaire à celle qu’elle ressent en ce moment, avant de tomber aux mains de la police. Avant de découvrir le mal chronique des prisons françaises, comme on lisait dans les journaux à l’époque : la surpopulation carcérale. Les conditions de vie dégradantes, les rituels humiliants. Bien sûr, Sarah aurait voulu ne jamais connaître ça. Et pourtant, elle en est sortie grandie. Elle le sent. Elle est plus forte. Elle a la rage.

Les dix premiers mois, en attendant son jugement, Sarah avait été placée dans une maison d’arrêt. Faute de place, elle partageait sa cellule avec deux autres femmes. Faute de lits, Sarah dormait contre un matelas jeté sur le sol froid, imprégné d’odeurs corporelles qui n’étaient pas les siennes, un mélange de sueurs nocturnes, de larmes, de pisse et de douleur. Chaque nuit, elle étouffait ses longs soupirs d’insomnies dans un oreiller nu qui lui avait été attribué à son entrée. Lui aussi avait appartenu à quelqu’un d’autre avant elle. Heureusement, ses co-détenues se sont avérées être des alliées. Et pas des moindres. Isa, ancienne compagne d’un indépendantiste corse, devenue militante écologiste, membre fondateur d’une ZAD dans le sud-est de la France, et Andrea, une prostituée dont le dernier client est mort en plein ébat. Andrea avait trouvé un excellent avocat, un ancien client parisien régulier. Elle n’a pas attendu son procès longtemps et la remise en liberté fut immédiate. Andrea a le bras long et l’ouïe fine. Habituée aux soirées mondaines à l’ambiance calfeutrée, où les hommes fument le cigare dans la pénombre en massant les seins des jeunes filles assises sur leurs genoux, tout en débattant d’un projet de loi, en face de leur collègue caressant une tête aux cheveux longs et blonds se dirigeant vers leur entrejambe. La vision qu’avait Andrea de la politique était très différente du grand public. Elle en connaissait les dessous, les pactes secrets, les accords véreux. Elle aimait raconter combien les hommes se sentent puissants à décider à demi-nus de l’avenir de leur pays, ou de leur entreprise. Andrea prenait des notes et rédigeait un rapport écrit de tout ce qu’elle entendait pendant ces soirées-là. Elle possédait même quelques enregistrements, conservés précieusement. Sarah savait qu’elle pourrait la solliciter à tout instant. Andrea gardait chaque preuve en lieu sûr en attendant de pouvoir la dégainer telle une arme blanche lors d’un procès.

Soudain le téléphone sonne. Serait-ce Léa ? Sarah se laisserait-elle bercer par ses souvenirs depuis une heure déjà ? Impossible, elle vérifie en jetant un coup d'oeil à la pendule suspendue dans la cuisine. Elle a raccroché il y a 15 minutes seulement. Qui l’appelle ?

  • Facebook
  • Instagram

CONFINEMENT EXQUIS

confinement.exquis@gmail.com